soulever


soulever

soulever [ sul(ə)ve ] v. tr. <conjug. : 5>
XIIIe; soslevar 980; de sous et lever, d'apr. lat. sublevare
1Lever à une faible hauteur. « Le fardeau que nous soulevons avec peine » (Bernanos). « Elle souleva doucement [...] le couvercle de la cocotte » (Duhamel). Soulever qqn de terre. Pronom. « L'un d'eux, arc-bouté sur les poignets, se soulevait » (Alain-Fournier).
Relever. « J'ai été tout doucement à ma fenêtre. J'ai soulevé le rideau » (Romains). « Je passai mes mains derrière son cou en soulevant les nattes de ses cheveux » (Proust).
2Faire s'élever. « On soulève, en marchant, une épaisse poussière » (A. Gide). Soulever le cœur.
Fig. (Sujet chose) Animer, exalter, transporter (qqn). « Un souffle généreux le souleva » (Martin du Gard). « L'élan de gratitude qui la soulevait vers Dieu » (F. Mauriac).
3Animer (qqn) de sentiments hostiles, indisposer. « Il avait soulevé contre lui l'opinion » (R. Rolland).
Exciter et entraîner à la révolte. « Les Frondeurs avaient voulu soulever le peuple » (Retz). Pronom. Se révolter. se rebeller. La population s'est soulevée contre l'occupant.
4Exciter puissamment (un sentiment); faire naître (un événement). provoquer. « Des détails propres à exciter l'intérêt et à soulever l'enthousiasme » ( Madelin). Ces mots soulevèrent une tempête de protestations. déchaîner. « Si vous n'aviez pas soulevé un incident inutile » (Hugo). Soulever des objections. élever. Faire que se pose (une question, un problème). poser. « La question sera soulevée à la prochaine session » (Aragon). Soulever un lièvre.
5Fam. Enlever, prendre. souffler. Il lui a soulevé l'affaire. Soulever qqn, le séduire et l'emmener. Il lui a soulevé sa femme. piquer.
⊗ CONTR. Abaisser, affaisser.

soulever verbe transitif (de sous et lever) Faire quitter à quelqu'un ou quelque chose le contact avec la surface sur laquelle il repose, en particulier en le portant : Une grosse pierre que l'on soulève avec peine. Porter quelque chose, le mouvoir vers le haut ; lever un objet ou une partie du corps : Soulever le loquet pour ouvrir la porte. Elle souleva la tête. Mettre quelque chose en mouvement au-dessus du sol, le faire lever, s'élever : Le vent soulève les feuilles mortes. Susciter, faire naître telle réaction affective ou autre : Cette réponse a soulevé des protestations. Inspirer à quelqu'un, à un groupe de l'hostilité, de la révolte : Soulever l'opinion contre le gouvernement. Familier. Voler quelque chose, quelqu'un à quelqu'un, le lui soustraire habilement : Soulever à un concurrent une partie de sa clientèle.soulever (difficultés) verbe transitif (de sous et lever) Conjugaison Attention à l'alternance è/e : je soulève, il soulève, mais nous soulevons ; il soulèvera ; il soulèverait ; qu'il soulève mais que nous soulevions. ● soulever (expressions) verbe transitif (de sous et lever) Soulever une question, un problème, en provoquer l'examen, la discussion. ● soulever (synonymes) verbe transitif (de sous et lever) Faire quitter à quelqu'un ou quelque chose le contact avec la...
Synonymes :
Porter quelque chose, le mouvoir vers le haut ; lever un objet...
Synonymes :
Contraires :
Susciter, faire naître telle réaction affective ou autre
Synonymes :
- déchaîner
- déclencher
- éveiller
- réveiller
Inspirer à quelqu'un, à un groupe de l'hostilité, de la...
Synonymes :
Soulever une question, un problème
Synonymes :
- déterminer

soulever
v. tr.
rI./r (Concret)
d1./d Lever à une faible hauteur. Soulever un meuble pour le déplacer.
d2./d Relever (une chose qui en couvre une autre). Soulever un voile.
d3./d Mettre en mouvement, faire s'élever.
|| v. Pron. La poussière se soulevait sous l'effet du vent.
|| Loc. fig. Soulever le coeur de, à qqn, susciter son dégoût.
rII./r (Abstrait)
d1./d Exciter, provoquer (un sentiment, une réaction). Ces propos soulèvent l'indignation. Soulever un tonnerre d'applaudissements.
d2./d Spécial. Provoquer la colère, l'indignation de (qqn). Ces mesures avaient soulevé l'opinion contre lui.
|| Pousser à la révolte. Soulever les travailleurs.
|| v. Pron. Se dresser dans un mouvement de révolte.
d3./d Soulever une question, un problème, les évoquer afin qu'ils soient débattus, discutés.

⇒SOULEVER, verbe trans.
I. — Empl. trans.
A. — Déplacer (quelque chose) de bas en haut, lever légèrement au-dessus du sol, du support, du point d'appui.
1. [Le compl. désigne une charge, un objet ou un corps pesant (en partic. le corps d'une pers.); l'accent est mis sur l'effort plus ou moins important déployé pour effectuer l'action] Anton. (a)baisser, (dé)poser. Soulever un fardeau; soulever une caisse, une malle, une table, des haltères; soulever un enfant de terre; soulever qqc. doucement, lentement, péniblement, avec/sans difficulté, effort, peine, précaution; soulever qqc. à bras tendus, des deux mains. Édouard me souleva dans ses bras, me porta dans le fort, banda ma blessure, et, soutenant ma tête, il attendit ainsi le chirurgien (DURAS, Édouard, 1825, p. 103):
1. On ne nous dit rien sur Sisyphe aux enfers. Les mythes sont faits pour que l'imagination les anime. Pour celui-ci on voit seulement tout l'effort d'un corps tendu pour soulever l'énorme pierre, la rouler et l'aider à gravir une pente cent fois recommencée...
CAMUS, Sisyphe, 1942, p. 165.
a) [P. allus.]
) [au principe du levier énoncé par Archimède] Soulever le monde. Le point qu'Archimède cherchoit pour soulever le monde est celui par lequel un génie extraordinaire se rapproche du commun des hommes (STAËL, Allemagne, t. 3, 1810, p. 66). Soulève le monde, cher ami, et que je sois ton point d'appui (GIDE, Corresp. [avec Valéry], 1895, p. 254).
) [à la 1re épître de St Paul aux Corinthiens (XIII-2)] Soulever des montagnes. V. montagne I D 2.
b) En partic. [L'obj. désigne une partie du corps] Soulever un bras, une jambe, une patte. On entendait remuer encore les oies couchées. Elles bavardaient de la gorge. Elles soulevaient un peu leurs ailes pour les refermer commodément (RENARD, Journal, 1894, p. 208).
) [Dans une phrase qui traduit la fatigue, la lassitude] Même dans ce moment d'excitation violente, le comte remarqua qu'elle n'avait pas la force de soulever les bras (STENDHAL, Chartreuse, 1839, p. 272). Inquiète de se voir observée, elle fit un gros effort pour soulever ses paupières pesantes et pour sourire (ROLLAND, J.-Chr., Adolesc., 1905, p. 329).
) [Le mouvement exprime un sentiment (découragement, désarroi, indifférence, interrogation, etc.)] Soulever les épaules. J'étais (...) si bouleversé que je courus aussitôt montrer cette lettre à Abel. — Eh bien! que comptes-tu faire? dit celui-ci (...). Je soulevai les bras, plein d'incertitude et de désolation (GIDE, Porte étr., 1909, p. 523). Il demanda: — Et toi, mon gars, qu'est-ce que tu vas faire? Raboliot le regarda, souleva ses deux mains, à peine, les laissa retomber mollement: — Est-ce que je sais, Firmin? Il était à présent pareil à un enfant (GENEVOIX, Raboliot, 1925, p. 327).
) Loc. fig. [Le suj. désigne une manifestation concr. ou abstr.] Soulever le cœur. Provoquer une sensation de dégoût. Synon. dégoûter, écœurer, lever le cœur (v. lever1 I A 2), répugner. Que le bruit des tambourins fasse saigner vos oreilles, que la fumée des viandes vous soulève le cœur de dégoût, et que le rassasiement de la femme vous donne envie de mourir (FLAUB., Tentation, 1849, p. 270). Je dénonçais, au retour du Congo, les abus coloniaux qui là-bas m'avaient soulevé le cœur (GIDE, Journal, 1945, p. 281). V. cœur ex. 14.
Empl. intrans. Le cœur me/lui ... soulève. Synon. le cœur me lève (v. lever1 I A 2). Le cœur me soulève tous les jours en voyant de petits messieurs qui passent leur temps dans les clubs et les mauvais lieux (TOCQUEVILLE, Corresp. [avec Gobineau], 1857, p. 278).
2. [Le compl. désigne un objet, un corps pouvant être déplacé sans effort] Fellow leva sa petite truffe noire, et s'arrêta pour renifler ces odeurs insolites. Anne sourit, souleva d'une main la petite boule de soie tiède, et la garda contre sa poitrine (MARTIN DU G., Thib., Été 14, 1936, p. 108). Des deux doigts il soulève la coupe de saké et ses lèvres s'ouvrent (CLAUDEL, Poés. div., 1952, p. 708).
En partic.
♦ (Re)lever, écarter (ce qui s'oppose au passage, à la vue). Soulever un couvercle, une lampe; soulever une couverture, un rideau, un voile; soulever un masque. Le négrillon souleva une ample portière qui masquait l'entrée de l'atelier, puis disparut (PONSON DU TERR., Rocambole, t. 4, 1859, p. 171). De grandes portes doubles avec de belles ferrures et un loquet qu'on soulève pour ouvrir (MALÈGUE, Augustin, t. 1, 1933, p. 46).
Loc. fig. Soulever le masque. Mettre au grand jour la nature, les sentiments véritables de quelqu'un. Synon. démasquer. L'habile homme, facile aux démentis, prompt aux volte-faces, vous reculez maintenant ... Trop tard! Si peu que vous avez soulevé le masque, j'ai vu le visage (PAILLERON, Âge ingrat, 1879, III, 8, p. 124). L'offensive allemande nous aura ouvert les yeux, s'il était nécessaire: de hideuses espérances déjà soulevaient le masque (MAURIAC, Bâillon dén., 1945, p. 469). Soulever le voile, un coin du voile. Révéler une réalité secrète, restée jusque-là inconnue. Synon. dévoiler. Il suffit quelquefois de pardonner une expression basse, de comprendre un tour obscur, de pénétrer une allusion érudite, en un mot, de soulever un léger voile pour le trouver [Ronsard] éblouissant et inspiré (SAINTE-BEUVE, Tabl. poés. fr., 1828, p. 77). Ce qui reste immuable n'a pas d'histoire? — De temps en temps, un chercheur avisé soulève un coin du voile (L. FEBVRE, Vers une autre hist., [1949] ds Combats, 1953, p. 437).
♦ Lever légèrement (son chapeau, sa casquette...) pour saluer, en témoignage de respect. [Ce pêcheur] devait connaître mes parents, car il soulevait son chapeau quand nous passions (PROUST, Swann, 1913, p. 167).
3. [Le suj. désigne un phénomène physique ou une action réalisée par l'homme, l'idée dominante est celle d'un mouvement ascendant effectué par l'obj.] Mettre en mouvement, faire s'élever. Le vent soulève la poussière, le sable; la tempête soulève les flots, les lames, les vagues. Ils apercevaient le mouvement régulier, parfois traversé de légères saccades, qui abaissait et soulevait alternativement la poitrine de Jouques (ESTAUNIÉ, Empreinte, 1896, p. 300). Comme la bourrasque qui soulève les feuilles mortes, le vieux chant manichéen s'élevait sur la foule, pareil à un vent venu de la mer (GRACQ, Syrtes, 1951, p. 190).
Spécialement
AGRIC. Soulever les terres. ,,Donner un premier labour aux terres restées en jachère durant l'hiver pour les aérer et les ameublir`` (FÉN. 1970).
GÉOL. Élever, exhausser (le niveau de l'écorce terrestre). Anton. abaisser, affaisser. Sous la croûte solidifiée qui enveloppe la terre [serait] enfermée une masse fluide à très-haute température, dont les mouvements d'expansion ont soulevé et soulèvent encore de temps en temps la croûte terrestre (PRIVAT-FOC. 1870).
B. — Au fig., domaine intellectuel, moral
1. Qqc./qqn soulève qqn
a) [Le suj. désigne une sensation, un sentiment, une réalité abstr.; l'obj. désigne une ou plusieurs pers.] Pousser à agir; exalter, transporter. Porté par ce grand vent de popularité, Bayonne multipliait les réunions, sa parole soulevait les auditoires (VOGÜÉ, Morts, 1899, p. 50):
2. Quel triomphe, si l'on établissait que le Discours sur les sciences et les arts, le Discours sur l'inégalité, et l'Émile et le Contrat social, et la Révolution, et cent cinquante années de l'histoire de l'Europe, toute cette sombre passion de la dignité qui n'a pas cessé de soulever les peuples, n'est que le développement d'une idée de hasard, volée à un autre par un pauvre diable d'auteur prêt à défendre indifféremment le pour et le contre et soucieux uniquement de faire parler de lui.
GUÉHENNO, Jean-Jacques, 1948, p. 283.
À la forme passive. Ces grands historiens étaient soulevés par une confiance sans bornes dans l'avenir de l'humanité (J.-R. BLOCH, Dest. du S., 1931, p. 196). À ce moment, soulevée de passion, enivrée d'une soif de sacrifice, j'aurais tout accepté (DANIEL-ROPS, Mort, 1934, p. 237).
b) [Le suj. désigne une pers. ou une situation, un événement; l'obj., parfois méton. désigne une ou plusieurs pers.] Susciter l'indignation, la haine, le ressentiment. Cérizet (...) écoutait (...) le récit des grands petits événements qui devaient soulever Angoulême (BALZAC, Illus. perdues, 1843, p. 694). Les révolutionnaires, conduits par Barbès, tentèrent de soulever Paris (BAINVILLE, Hist. Fr., t. 2, 1924, p. 175).
En partic. [Parfois suivi d'un compl. prép. indiquant contre qui ou quoi s'effectue le procès] Inciter (un groupe de personnes) à la révolte, à la lutte. Synon. ameuter, déchaîner; anton. calmer, pacifier. Les plus hardis [monarchistes] comprirent les chances de l'anarchie et en profitèrent pour soulever les provinces contre la Convention (LAMART., Confid., 1849, p. 311). Nous pourrions publier tout de suite les extraits du code et ça suffirait déjà à soulever l'opinion. — Soulever l'opinion contre l'U.R.S.S.! (BEAUVOIR, Mandarins, 1954, p. 299).
À la forme passive. Les Achéens voulurent profiter de ce moment pour réduire Sparte, soulevée contre eux par les intrigues de Rome (MICHELET, Hist. romaine, t. 2, 1831, p. 98).
2. Qqn/qqc. soulève qqc. [Le suj. désigne une pers., un groupe de pers. ou un comportement, une manifestation de l'activité humaine; l'obj. désigne une réalité abstr. (manifestation, sentiment, etc.)] Susciter, provoquer, faire naître. Soulever l'hilarité, des murmures; soulever l'admiration, la colère, l'enthousiasme, l'étonnement. La résistance n'était pas seulement le sursaut de notre défense réduite à l'extrémité. Elle soulevait aussi l'espoir du renouveau (DE GAULLE, Mém. guerre, 1954, p. 237). Son coup de force [de Frédéric II] qui aurait dû soulever l'indignation, fut accueilli au contraire par des applaudissements parce qu'il était dirigé contre l'Autriche, toujours considérée comme l'ennemie traditionnelle de la France (BAINVILLE, Hist. Fr., t. 1, 1924, p. 282).
En partic. Soulever une difficulté, une objection, un problème, une question... Chaque fois que j'ai soulevé un problème crucial, celui de la liberté ou du mal, ou celui de la solitude, il l'a éludé... (ABELLIO, Pacifiques, 1946, p. 148). Les problèmes soulevés par l'origine des gisements d'or et d'uranium du Rand ne sont pas encore résolus (D.C.F.G. 1976).
Soulever un lièvre. [Par rapprochement avec l'expr. propre et fig. lever un lièvre] Évoquer une question embarrassante et qui avait été jusque là tenue secrète. — (...) Votre conversation avec le ministre? Quelle impression? (...) — Il m'a dit: « Je ne vous aurais pas soulevé ce lièvre-là, parce que je n'ai jamais voulu la mort du pécheur. Mais il faut avouer que votre cause n'est pas bonne (...) » (ROMAINS, Hommes bonne vol., Crime de Quinette, t. 1, 1958 [1932], p. 254).
C. — Pop. Dérober, enlever, soustraire. Synon. chiper (fam.), faucher (pop.), piquer (pop.).
1. [Le compl. désigne une chose] [Mariette] se rappelait son émotion, la première fois qu'elle avait soulevé, de cette façon, une grosse somme à un Anglais fou d'elle (L. DAUDET, Entremett., 1921, p. 86).
2. [Le compl. désigne une pers.] Il s'amène à moitié saoul à mon cocktail, il insulte mes invités, et les gens intéressants, il me les soulève en douce! (BEAUVOIR, Mandarins, 1954, p. 249).
En partic. Séduire (généralement une femme). Y a des tas d'gas qui essayent de ferrer pour la soul'ver [cette môme] à son homme (BRUANT 1901, p. 132).
II. — Empl. pronom.
A. — Empl. pronom. réfl. [Le suj. désigne une pers.]
1. Lever légèrement son corps, une partie de son corps, au-dessus de l'endroit où il est placé, où il repose. Synon. se (re)dresser; anton. s'affaisser. Birotteau se souleva sur la pointe des pieds en retombant sur ses talons à plusieurs reprises (BALZAC, C. Birotteau, 1837, p. 160).
En partic. [Dans une phrase qui traduit la lassitude, la souffrance physique et morale] Madame Gérard (...) se soulevait avec effort, prenait le bras de quelqu'un pour s'appuyer en marchant et languissait à merveille (DURANTY, Malh. H. Gérard, 1860, p. 280). Mlle Stangerson, dont le visage avait la pâleur de la mort, s'était soulevée sur sa couche, malgré les deux médecins et son père (G. LEROUX, Myst. ch. jaune, 1907, p. 123).
♦ [Dans un cont. métaph.] Quand on a bien souffert, quand on commence à se soulever sous le poids de ses maux et qu'on essaye de se rattacher encore à quelques illusions, il vient un nouvel accident, une nouvelle mort (CHÊNEDOLLÉ, Journal, 1804, p. 3).
2. Au fig. [Gén. suivi d'un compl. prép. indiquant pour (ou contre) qui (ou quoi) s'effectue le procès] Manifester son indignation, sa colère; se révolter. Synon. se dresser, se déchaîner. L'impôt a (...) des bornes naturelles au delà desquelles une nation se soulève pour le refuser, ou se couche pour mourir (BALZAC, Méd. camp., 1833, p. 158). Tous ces saints que tu allègues (...) Contre de telles paroles ils se seraient élevés, ils se seraient levés, ils se seraient soulevés de toutes leurs forces (PÉGUY, Myst. charité, 1910, p. 142).
En partic. [En parlant d'un groupe de pers.] Entrer en lutte, en rébellion. L'engouement du public pour la cause de l'indépendance américaine aida Necker à placer ses emprunts et Vergennes à réaliser ses projets. L'Amérique, en se soulevant contre l'Angleterre, faisait écho à l'idée de liberté que le dix-huitième siècle avait répandue (BAINVILLE, Hist. Fr., t. 2, 1924, p. 12). Paris se soulève (...) pour ramener le roi sous la loi du peuple et pour l'empêcher de restaurer une autorité de principe (CAMUS, Homme rév., 1951, p. 164).
B. — Empl. pronom. [Le suj. désigne une chose] Être animé d'un mouvement ascendant, être légèrement (re)levé. Synon. s'élever; anton. s'abaisser, (re)tomber. Mon dos était marbré de taches rouges, ma peau se soulevait en ampoules cuisantes (ABOUT, Roi mont., 1857, p. 251). Aux croisées du premier étage, les rideaux s'étaient soulevés, et de vieilles impotentes, en camisoles, s'installaient derrière les vitres (MARTIN DU G., Thib., Épil., 1940, p. 775).
En partic.
Loc. fig. Le cœur se soulève. [Pour indiquer une sensation de dégoût, d'écœurement] C'est bien avant la traversée que déjà le cœur se soulève. Un indicible malaise m'a maintenu couché presque tout le long du jour (GIDE, Journal, 1931, p. 1075).
GÉOL. [En parlant de l'écorce terrestre] Subir un soulèvement. Anton. s'abaisser, s'affaisser. [Après les temps siluriens] de grands mouvements du sol ont produit d'importants changements. Le long du continent atlantique la chaîne calédonienne s'est soulevée (BOULE, Conf. géol., 1907, p. 94).
REM. 1. Soulevage, subst. masc. a) Géotechn. ,,Galerie de service pratiquée sous le ciel d'une carrière souterraine afin de pouvoir extraire, par le dessus, en gradins, les bancs utilisables`` (NOËL 1968). b) Hortic. ,,Opération qui consiste, en pépinière, à briser les racines trop développées de certains plants, en soulevant ces plants et le sol immédiatement voisin à la main, ou avec un outil approprié, et en le remettant ensuite en place`` (MÉTRO 1975). 2. Soulévateur, subst. masc., technol. ,,Engin de levage permettant de soulever des charges`` (Termes nouv. Sc. Techn. 1983). Ce soulévateur est une grue à vérin hydraulique et à flèche de longueur réglable (Le Marché de l'innovation, juin/ juill./août 1976, n ° 21, p. 19 ds Clé Mots). 3. Souleveuse, subst. fém., agric. ,,Machine employée pour dégager et remonter les betteraves et les pommes de terre, principalement en vue de permettre leur ramassage à la main`` (Agric. 1977; ds GDEL).
Prononc. et Orth.:[sulve], (il) soulève [-]. Ac. 1694: soulever; 1718: sous-; 1740: soû-, et de nouv. sou-. Étymol. et Hist. A. Verbe trans. 1. a) ca 1050 suzlever « lever, soulever » (Alexis, éd. Chr. Storey, 346); 1835 soulever le voile (Ac.); b) ca 1150 « lever une chose à une faible hauteur, au-dessus de son point d'appui » (Conte de Flore et Blancheflor, éd. J. L. Leclanche, v. 1091); c) ca 1160 « lever vers le haut une partie du corps » (Eneas, éd. J. J. Salverda de Grave, 6464); 2. 1210-30 « faire lever, s'élever » (GUILLAUME LE CLERC, Ste Marie Madeleine, éd. A. Schmidt, 281); 1660 soulever l'estomac, faire soulever le cœur (propre et fig.) (OUDIN Fr.-Esp., p. 495); 1769 soulever le cœur « provoquer des nausées » (VOLTAIRE, Lettres d'Amabed, 13e lettre, éd. R. Pomeau, p. 547); 3. ca 1170 fig. « animer, exalter » (CHRÉTIEN DE TROYES, Erec et Enide, 2606 ds T.-L.); 1749 être soulevé (d'indignation, de colère) (VOLTAIRE, Nanine, I, 1 ds LITTRÉ); 4. 1642 « animer de sentiments hostiles, exciter la colère de quelqu'un » (CORNEILLE, Pompée, V, 4); 1669 soulever qqn contre soi (RACINE, Britannicus, V, 1); 1908 soulever l'opinion (ROLLAND, J.-Chr., Foire, p. 718); 5. 1835 « être cause de, faire naître » (Ac., s.v. difficulté); 1839 soulever de grandes réflexions (NERVAL, Corresp., p. 70); 6. a) 1400 « séduire, enlever une femme » (Trésor des Chartes, reg. 155, ch. CXII, cité ds DU CANGE, s.v. sublevare); b) 1790 « voler » (Jean Bart, n ° 100, p. 4 ds QUEM. DDL t. 19, s.v. enculeur). B. Verbe intrans. 1228 li cuers l'en souslieve (JEAN RENART, Guillaume de Dole, éd. F. Lecoy, 4469). C. Verbe pronom. 1. 1174-80 « se lever; s'élever légèrement » (CHRÉTIEN DE TROYES, Perceval, éd. F. Lecoy, 3102); 2. 1559 « se révolter, s'insurger » (AMYOT, Lyc., 59 ds LITTRÉ); 3. 1654 notre cœur se soulève « avoir la nausée » (CYRANO DE BERGERAC, Lettres div., p. 28). Formé de sous et lever d'apr. le lat. sublevare « soulever, lever, exhausser ». Fréq. abs. littér.:5 163. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 5 750, b) 7 008; XXe s.: a) 9 251, b) 7 729. Bbg. QUEM. DDL t. 32. — SAIN. Arg. 1972 [1907] p. 126.

soulever [sulve] v. tr. [CONJUG. lever.]
ÉTYM. XIIIe, souslever; soslevar, 980; de sous, et lever, d'après lat. sublevare.
1 Lever à une faible hauteur, lever au-dessus de son point d'appui. || Soulever un poids (cit. 12), un fardeau. Élévateur, guindal, levage (appareils de), levier, louve, sonnette. || Soulever qqch. de terre, dans l'air (→ Pêcher, cit. 9). || Je ne peux pas soulever ce meuble. Ébranler; bouger, remuer. || Soulever un fardeau avec peine (cit. 28). || Soulever une lame (cit. 2) du parquet, une dalle. || Soulever un couvercle, un loquet (cit. 3), un marteau (cit. 6).(Le compl. désigne une partie du corps). || Soulever ses mains (→ Indécision, cit. 5), ses ailes (→ Hanneton, cit. 1). || Il ne pouvait plus soulever sa jambe. || La tête soulevée sur deux oreillers (→ Relever, cit. 35).(Compl. n. de personne). || Soulever qqn (→ Antée, cit. 1; effort, cit. 4; entraîner, cit. 7), le soulever de terre (→ Matelas, cit. 3).
1 Pour soulever un poids si lourd,
Sisyphe, il faudrait ton courage !
Baudelaire, les Fleurs du mal, « Spleen et idéal », XI.
2 D'affreux êtres sortis des cercueils soulevés.
Hugo, la Légende des siècles, XV, III, XVI.
3 Plus forte, elle parut se souvenir des Cieux
Et souleva deux fois ses ailes argentées (…)
A. de Vigny, Livre mystique, Éloa, III.
4 Ma mère me suivit dans la cuisine. Elle souleva doucement, avec le bout de sa mouvette, le couvercle de la cocotte (…)
G. Duhamel, Salavin, I, III.
(Sujet n. de chose). || Balancelle qu'une grue (cit. 7) soulève. || Ses ailes battent et le soulèvent (→ Pivert, cit.).
(V. 1050). Relever. || Soulever les rideaux (→ Maestria, cit. 2), la tenture (→ Enfilade, cit. 2), les voiles (→ Montrer, cit. 29). || Soulever un coin du voile (→ Habitude, cit. 26). || Soulever un drap (→ Oreiller, cit. 5). Écarter. || Soulever les plis, le volant d'une jupe (cit. 2), d'une cape (→ Broder, cit. 11; dérober, cit. 21; feston, cit. 4). || Soulever les boucles (→ Glisser, cit. 41), les nattes (cit. 5), les bandeaux (→ Ondé, cit. 2).Au p. p. || Cheveux soulevés en crêpés (→ Fou, cit. 52).
5 (…) Mais enfin je vois cet homme collé tout contre le mur. Ça m'a saisie. J'ai été tout doucement à ma fenêtre. J'ai soulevé le rideau à peine, à peine.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. II, VII, p. 76.
2 (V. 1200). Faire s'élever. || Soulever la poussière (cit. 3; et → Limpidité, cit. 3). || Les courants soulèvent une mer hachée. || Canot (cit. 2) soulevé par la houle (→ aussi Navire, cit. 11). Agiter. || Obus soulevant des gerbes de terre (→ Fumée, cit. 3). || Haleine (cit. 7), sanglot (→ Larme, cit. 8), rire (cit. 3) qui soulève la poitrine. || « J'aime un sein qui palpite et soulève une gaze » (cit. 1; → aussi Croiser, cit. 8; gonfler, cit. 2). — ☑ Loc. fig. Soulever le cœur (de, à qqn). Dégoûter. || Ça me soulève le cœur.Soulever l'estomac : donner la nausée.
6 Le mal dont j'ai souffert s'est enfui comme un rêve.
Je n'en puis comparer le lointain souvenir
Qu'à ces brouillards légers que l'aurore soulève,
Et qu'avec la rosée on voit s'évanouir.
A. de Musset, Poésies nouvelles, Nuit d'octobre.
7 (…) de la terre réduite en poudre, le vent soulevait sur place de minces tourbillons, des sortes de fumées aveuglantes, étouffantes, exaspérant le supplice de la soif.
Zola, la Terre, IV, I.
Géol. Exhausser le niveau de…
3 (V. 1175). Par métaphore, fig. (Sujet n. de chose abstraite). Animer, transporter (qqn). Entraîner, exalter. || Un souffle généreux le souleva (→ Allègrement, cit. 3; et aussi casser, cit. 6). || L'enthousiasme (→ Ambiant, cit. 3), le désir (→ Revoir, cit. 10), la terreur (→ Furet, cit. 2), la douleur les soulève (→ Mouvement, cit. 11). || Avoir la sensation d'être soulevé (→ Ivresse, cit. 6; et aussi lyrique, cit. 5; renoncement, cit. 4).Passif et p. p. || Être soulevé d'indignation, de dégoût. Transporté.
7.1 Paysans et paysannes soulevés de colère, comme si chacun eût été volé, comme si chacune eût été violée, voulaient voir rentrer le misérable pour lui jeter des injures.
Maupassant, le Vagabond, Pl., t. II, p. 867.
8 Elle avançait, légère, et pour la première fois à l'élan de gratitude qui la soulevait vers Dieu, se mêlait une tendresse très humble, très humaine.
F. Mauriac, la Pharisienne, XV.
4 (1642). Animer de sentiments hostiles, indisposer (→ Innovation, cit. 2). || Soulever l'opinion. Choquer (→ Prôner, cit. 2). || Il a soulevé toute la critique contre lui.(1559). Spécialt. Exciter et entraîner à la révolte. Ameuter. || Soulever le peuple (→ Frondeur, cit. 2), la rue (cit. 6).
9 Lorsque le célèbre M. de la Rochefoucauld dit que l'amour-propre est le principe de toutes nos actions, combien l'ignorance de la vraie signification de ce mot amour-propre ne souleva-t-elle pas de gens contre cet illustre auteur ?
Helvétius, De l'esprit, Disc., I.
5 (Av. 1848). Compl. n. de chose abstraite; sujet n. de chose ou de personne. Exciter puissamment. Provoquer. || Soulever l'enthousiasme, l'intérêt (cit. 25 et 26), la curiosité… (→ Décourager, cit. 3). || Soulever de l'inquiétude (→ Lantiponner, cit. 2), de la colère (→ Protection, cit. 2). || Soulever le dégoût (→ Fumier, cit. 5). || Soulever des applaudissements (cit. 6), des murmures (cit. 3), des protestations…, une tempête. Déchaîner.Être cause de, faire naître. || Cela soulèvera des difficultés. || Soulever un obstacle, une objection, un incident.Au p. p. || Les objections soulevées.
10 Si vous n'aviez pas soulevé un incident inutile, dit le chancelier, vous auriez fini votre discours depuis longtemps (…)
Hugo, Choses vues, II, X, Le général Fabrier, 1847.
11 Les objurgations de son amant ne soulevaient en elle qu'indignation (…)
Gide, les Faux-monnayeurs, I, IV.
(1835). Faire naître, faire que se pose. || Soulever une question, un problème. Poser (→ Cahier, cit. 6; 2. étalonner, cit. 2). || Soulever un débat, une discussion.
12 La question sera soulevée à la prochaine session du Conseil général, à la révision du cahier des charges.
Aragon, les Beaux Quartiers, I, XXIV.
6 (1828). Fam. Enlever, prendre. || Soulever qqch. (ou qqn) à qqn. || Il veut me soulever ma clientèle. Emparer (s').
Prendre subrepticement, voler. Escamoter, faucher, piquer.
12.1 (…) il résolut d'abandonner sa valise (…) Il dirait qu'on la lui avait soulevée.
R. Queneau, le Dimanche de la vie, p. 96.
Séduire. || Soulever une femme. || Il lui a soulevé sa fiancée. || Elle lui a soulevé son ami.
tableau Verbes exprimant une idée de mouvement.
——————
se soulever v. pron.
1 (XVIIe). Réfl. Lever une partie du corps qui reposait sur un support.S'élever à une faible hauteur. || Elle s'agrippe (cit. 3), se soulève (→ aussi Jusqu'à, cit. 55; poignet, cit. 1; retomber, cit. 2). || Se soulever sur le coude (→ Pouls, cit. 3), sur des béquilles (→ Enflammer, cit. 5).
2 (V. 1175). Passif. Être levé, s'élever légèrement. || Eau qui se soulève. || Ses paupières ne se soulevaient jamais (→ Bouffi, cit. 1). || Je vis se soulever et s'abaisser sa poitrine (cit. 17). || Le drap se soulevait à chaque aspiration (cit. 7).Son cœur se soulève : il a la nausée.
13 Leur front se penche, encore alourdi par le rêve,
Sous le long rideau blanc qui tremble et se soulève (…)
Rimbaud, Poésies, I, I.
3 (1559). Réfl. Se révolter, exprimer son mécontentement, sa colère. Rebeller (se). || Le prolétariat se soulèvera en bloc (cit. 10) contre cette politique. Dresser (se). || L'amour-propre se soulève contre la raison (→ Indigner, cit. 3; et aussi revancher, cit. 2). Rebiffer (se).
S'insurger. || Le peuple se soulève (→ 1. En, cit.; étincelle, cit. 12; insurrection, cit. 1).
——————
soulevé, ée p. p. adj.
|| Rideau soulevé. || Cheveux soulevés (→ ci-dessus, 1.).(Au sens 2). || Lames, vagues soulevées (→ Dormir, cit. 35; rage, cit. 4; reflet, cit. 3).
Géol. || Terrain sédimentaire soulevé. || Côte, plage soulevée.
Pour les autres emplois → ci-dessus.
CONTR. Abaisser, affaisser, aplanir, déprimer.
DÉR. Soulevé, soulèvement.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • soulever — Soulever. v. act. Elever quelque chose de lourd, & ne le lever guere haut. Ce fardeau est si pesant qu à peine le peut on soulever. soulevez vous un peu. soulevez la teste. Il signifie aussi, Elever en prenant par dessous. Quand la marée vient… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • soulever — (sou le vé. La syllabe le prend un accent grave quand la syllabe qui suit est muette ; je soulève, je soulèverai) v. a. 1°   Lever quelque chose de lourd à une petite hauteur. Soulever un fardeau. •   Il soulevait encor sa main appesantie, RAC.… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • SOULEVER — v. a. Élever quelque chose de lourd, et ne le lever qu à une petite hauteur. Ce fardeau est si pesant, qu on a peine à le soulever, qu à peine le peut on soulever. Soulever un malade dans son lit. Soulevez lui un peu la tête. Il est si faible, qu …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • SOULEVER — v. tr. Lever à une faible hauteur. Ce fardeau est si pesant qu’on a peine à le soulever. Soulever un malade dans son lit. Soulevez lui un peu la tête. Il ne peut se soulever. Il voulut soulever le voile qui cachait le visage de cette femme. Fig …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • soulever — vt. (avec la main ou l épaule), tirer, extraire, extirper, lever, sortir, (un objet lourd ou difficile à déplacer, sac de farine, grosse pierre ...) ; lever (les jambes) : ABADÂ <sortir> (Albanais.001, Alex, Annecy.003, Arvillard.228, Balme …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • soulever — v.t. Voler. / Séduire : Soulever une nénette …   Dictionnaire du Français argotique et populaire

  • soulever — (v. 1) Présent : soulève, soulèves, soulève, soulevons, soulevez, soulèvent; Futur : soulèverai, soulèveras, soulèvera, soulèverons, soulèverez, soulèveront; Passé : soulevai, soulevas, souleva, soulevâmes, soulevâtes, soulevèrent; Imparfait :… …   French Morphology and Phonetics

  • Soulever une question, un problème — ● Soulever une question, un problème en provoquer l examen, la discussion …   Encyclopédie Universelle

  • Soulever, déplacer des montagnes — ● Soulever, déplacer des montagnes ne se laisser arrêter par aucun obstacle, vaincre toutes les difficultés …   Encyclopédie Universelle

  • s'entre-soulever — entre soulever (s ) (an tre sou le vé) v. réfl. Se soulever l un l autre. HISTORIQUE    XVIe s. •   L homme et la femme, s estants embrassés toujours de trois pas en trois pas, tant que la danse dure, ne font que tourner, virer, s entre soulever… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré